Programme d’appui à la valorisation des produits forestiers non ligneux, phase 2 (PFNL2)


Au Burkina Faso, les produits forestiers non ligneux[1] (PFNL) constituent une importante source alimentaire pour les populations des zones affectées par les chocs climatiques et déficitaires sur le plan alimentaire. Les PFNL font partie de l’alimentation de plus de 43,4% des ménages ruraux et procurent de l’emploi et des revenus. Le programme  contribue à l’accroissement de la sécurité alimentaire, nutritionnelle et des revenus des ménages ruraux et périurbains[2] par la valorisation et la gestion durable des PFNL.



[1] Les PFNL s’entendent par « tout bien d’origine biologique autre que le bois et la faune à l’exception des insectes, dérivé des forêts et des arbres hors forêts, constitués de végétaux spontanés, domestiqués, et ceux destinés au reboisement ». (Source FAO)

[2] Le périurbain est un espace rural au sens où l’essentiel des sols est attribué à des activités agricoles; mais c’est aussi un espace urbain au sens où la majorité de la population active qui y habite travaille dans une ville, en effectuant des migrations alternantes. Le milieu périurbain connait une très forte compétition entre usage agricole et non agricole des ressources: terres, main-d'œuvre, etc. La production agricole est orientée principalement pour le marché du centre urbain.

 

Country/region Topic Period Budget
Burkina Faso
Environment
Forestry
Agriculture value-chain development
Adaptation to the effects of climate change
15.12.2016 - 31.12.2020
CHF 4'500'000
Background

70% du territoire burkinabè renferme une grande diversité de PFNL (fruits, graines, feuilles, etc.). Leur exploitation par les populations rurales et péri-urbaines, en particulier dans les zones d’insécurité alimentaire, revêt une grande importance au niveau alimentaire et socio-économique. Outre leur utilisation pour l’alimentation et les soins médicinaux, ils sont transformés et constituent des sources importantes de revenus.

Les populations des régions du Nord, Centre-Nord, Sud-Ouest et Centre-Ouest sont particulièrement affectées par des chocs climatiques et vivent dans l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. L’exploitation des PFNL procure des aliments et des revenus aux ménages. Les femmes des ménages à faibles revenus sont généralement celles qui dépendent le plus des PFNL. L’appui suisse offre une opportunité aux dynamiques locales pour d’une part valoriser les ressources naturelles par leur transformation et commercialisation et d’autre part assurer leur gestion durable.

Objectives

Les ménages ruraux et péri-urbains notamment les personnes vulnérables, les femmes et les jeunes, renforcent leur sécurité alimentaire et nutritionnelle et améliorent leurs revenus par la valorisation et la gestion durable des produits forestiers non ligneux.

Target groups
  • 14’500 ménages soit environ 100'000 personnes (70% de femmes et de jeunes) des régions du Nord, Centre-nord, Sud-ouest et Centre-ouest.
  • 100 associations de transformatrices ou petites/moyennes entreprises de transformation des PFNL soutenues pour accroitre leurs capacités techniques et la qualité des produits transformés ainsi que le développement de leur business plan.
  • 25 communes des régions du Nord, Centre-nord, Sud-ouest et Centre-ouest accompagnées pour la réalisation d’investissements communautaires de valorisation et préservation des PFNL
Medium-term outcomes
  • La production et la consommation des PFNL prioritaires[1] sont accrues dans un contexte de gestion durable des ressources forestières ;
  • Les ménages ruraux, péri-urbains et les organisations de transformatrices/teurs de PFNL améliorent et diversifient leurs revenus à travers la valorisation des PFNL et leur accès aux marchés ;
  • Les cadres politiques, législatifs, règlementaires et institutionnels favorables à la gestion et à la valorisation durable des ressources naturelles permettent le développement des filières PFNL et des entreprises de transformation des PFNL.

[1] Chaque région a identifié des PFNL prioritaires à promouvoir en fonction de leur potentialité

Results

Expected results:  

  • 12’000 personnes dont 8’000 femmes accroissent leur production des PFNL de 10% grâce aux jardins nutritifs et aux parcs à PFNL,
  • 25 associations ou petites/moyennes entreprises de transformatrices des PFNL soutenues par le programme accroissent leur chiffre d’affaires annuel de 5-10%,
  • 20'000 personnes dont 12’500 femmes maitrisent et adoptent les bonnes pratiques de préservation et de récoltes des PFNL,
  • Les petites/moyennes entreprises et organisations locales de transformation ont un meilleur accès aux PFNL, en particulier les amandes de karité, pour leur transformation.
  • Le cadre institutionnel de gestion durable, de promotion et de valorisation des PFNL est amélioré,
  • Les femmes renforcent leur position et leadership dans les entreprises de valorisation des PFNL.


Results from previous phases:  

Depuis 2009, le programme est mis en œuvre dans 4 régions (Centre-Nord, le Centre-Ouest, le Nord, et le Sud-Ouest) du pays. Il a connu une phase pilote (2009-2012) puis une première phase de 4 ans (2012-2016) dont les principaux résultats sont : (i) 13’727 personnes (398 hommes et 13’329 femmes) ont diversifié leurs sources d’apport alimentaire et nutritionnel ; (ii) les capacités techniques de production et les revenus de 75’000 membres (au moins 80% femmes) des groupements de transformation des PFNL se sont accrus et diversifiés ; (iii) 32 petites entreprises de transformation de PFNL ont été créées par des femmes (entrepreneuriat féminin) ; (iii) une  expertise locale (associations et ONG locales dans la valorisation des PFNL) est développée pour un appui/conseil rapproché aux ménages (iv) la pression anthropique sur les ressources naturelles notamment sur le baobab est réduite du fait de la production de PFNL dans les jardins nutritifs[1] dans les 4 régions d’intervention du programme.

Les principales leçons tirées de la mise en œuvre du programme sont (i) l’implication et le renforcement des capacités des directions centrales et déconcentrées du Ministère de l’Environnement permettent un bon ancrage institutionnel du programme, facilitent le dialogue politique, la poursuite des actions et le suivi des bénéficiaires (ii) une approche différenciée par bénéficiaires permet d’adapter les appuis à leurs besoins réels et de responsabiliser les porteurs de projets (iii) la stratégie de reboisement (plantations d’arbres sur de vastes étendues) n’a pas permis d’atteindre avec satisfaction l’objectif de lutter contre la dégradation des ressources forestières, (iv) la faible prise en compte du secteur privé, le non-respect des normes de qualité limitent une mise en marché efficace des produits transformés.

 

[1] Jardins nutritifs : sites aménagés au profit des ménages vulnérables pour la production intensive de PFNL et des produits maraichers.


Directorate/federal office responsible SDC
Credit area Development cooperation
Project partners Contract partner
Private sector
  • Foreign private sector North
  • Foreign private sector South/East

Implementing partner
Local private sector

Other partners

La Coopération danoise, l’Union européenne, le Luxembourg, la FAO, etc.

Coordination with other projects and actors

Les Collectivités territoriales, les Directions centrales et déconcentrées du Ministère de l’environnement, le Programme d’appui à la Modernisation des Exploitations Familiales et les autres programmes de la DDC (formation professionnelle ; décentralisation et participation citoyenne).

Budget Current phase Swiss budget CHF   4'500'000 Swiss disbursement to date CHF   3'160'829
Project phases Phase 2 15.12.2016 - 31.12.2020   (Current phase) Phase 1 01.06.2012 - 31.12.2016   (Completed)