La Suisse apporte une contribution au Fonds vert pour le climat

Berne, Communiqué de presse, 28.11.2014

Dans le cadre de la coopération internationale, la Suisse renforce son engagement pour la protection du climat dans les pays en développement. Le Conseil fédéral a décidé aujourd’hui de participer à la capitalisation initiale du Fonds vert pour le climat à hauteur de 100 millions de dollars.

Les pays en développement sont particulièrement touchés par les effets du changement climatique, mais ils manquent souvent de moyens pour investir suffisamment dans des mesures pour la protection du climat. Le Fonds vert pour le climat (Green Climate Fund, GCF), un nouveau fonds mondial, les aide à surmonter les défis de toutes natures dans ce domaine en finançant des activités visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l'adaptation aux changements climatiques. Pour ce faire, il travaille en étroite collaboration avec les acteurs publics et privés dans les pays en développement.

Le Conseil fédéral a décidé d'apporter au GCF une contribution financière de 100 millions de dollars (environ 95 millions de francs), tirée du crédit multilatéral de la Direction du développement et de la coopération (DDC). La contribution prend la forme de versements à fonds perdus, échelonnés sur trois ans dès 2015. Les objectifs et les champs d'action du fonds se recoupent avec la stratégie suisse pour la coopération internationale et avec les fondements de la politique environnementale internationale suisse. Les priorités de la Suisse incluent la réduction des risques à l'échelle mondiale comme les changements climatiques.

Grâce aux fonds attribués, le GCF pourra entrer en activité en 2015. Lors de la conférence des donateurs le 20 novembre 2014 à Berlin, plusieurs Etats, dont la Suisse, se sont engagés à capitaliser le fonds à hauteur de 9,3 milliards de dollars.

Le Conseil exécutif du Fonds vert pour le climat, composé de représentants des pays industrialisés et des pays en développement, décide de l'utilisation des fonds. Depuis 2012, la Suisse siège au Conseil exécutif et jouit ainsi d'une influence sur les décisions du GCF. Elle promeut en priorité la production d'énergie à faibles émissions, la diminution des émissions de gaz à effet de serre, résultat du déboisement et de l'endommagement des forêts tropicales, ainsi que la défense des intérêts des groupes de populations vulnérables et de pays en développement face à des catastrophes naturelles induites par le réchauffement climatique. Enfin, elle s'engage pour une étroite collaboration entre le fonds, le secteur privé et les acteurs du domaine du climat ainsi que pour une utilisation efficace des ressources.

 

Le Fonds vert pour le climat en bref
Le Fonds vert pour le climat (Green Climate Fund, GCF) naît en 2010 à Cancun lors de la conférence sur le climat organisée par l'ONU. Les parties à la convention-cadre sur les changements climatiques ont décidé de mettre en place un nouveau fonds mondial pour le climat. Le GCF doit soutenir les pays en développement dans la mise en œuvre de la convention-cadre en finançant massivement sur place des mesures pour le climat et doit promouvoir ainsi un développement faible en émissions et résistant aux changements climatiques. Il prend en considération dans la même mesure les activités visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (mitigation) et celles affrontant les conséquences inévitables du changement climatique (adaptation).

Le GCF est actuellement dans sa phase de développement. La capitalisation initiale pose les bases pour que dès 2015, il puisse entrer en action. La première phase du programme, d'une durée de quatre ans, prend fin en 2018. Pour éviter que les fonds ne s'épuisent après 2018, un processus de renflouement des caisses sera lancé en temps voulu.

Le GCF est dirigé par un Conseil exécutif où siègent 24 membres non permanents, répartis équitablement entre pays industrialisés et pays en développement. Le secrétariat est indépendant et a son siège à Songdo (Corée du Sud). Depuis 2012, la Suisse partage un siège au Conseil exécutif avec la Russie et influence ainsi le développement du Fonds et l'utilisation des ressources.


Contact

Daniel Birchmeier,
chef Collaboration multilatérale
SECO
058 464 08 19,
daniel.birchmeier@seco.admin.ch

Anton Hilber,
chef Programme global
Changement climatique
DDC
058 462 03 14,
anton.hilber@eda.admin.ch

Stefan Schwager,
chef du financement dans le domaine de l’environnement
OFEV
058 462 69 56,
portable: 079 828 46 05
stefan.schwager@bafu.admin.ch


Editeur:

Conseil fédéral
Département fédéral de l
Département fédéral des affaires étrangères