Régions de montagne – développement durable et adaptation au changement climatique

Des alpinistes sur une montagne de la cordillère de Vilcanota, au Pérou.
La DDC se mobilise en faveur des régions de montagne. Par exemple, au Pérou, elle aide les populations de montagne à s’adapter au changement climatique. © OFEV

Les montagnes représentent l’habitat d’un cinquième de la population mondiale ainsi que le réservoir d’eau de la moitié de l’humanité. Les régions de montagne sont particulièrement touchées par les conséquences du changement climatique. C’est pourquoi la Suisse se mobilise en faveur du développement durable des régions de montagne en tenant compte du changement climatique. À cet effet, la DDC travaille en étroite collaboration avec différents partenaires à l’échelle nationale et internationale.

Priorités de la DDC

De par sa topographie, la Suisse a une grande expérience des défis liés au développement durable des régions de montagne, mais aussi des clés permettant de libérer leur potentiel. Dans ce domaine, la DDC privilégie trois grands axes d’intervention:

  • soutenir des initiatives et des projets favorisant le développement durable des zones de montagne afin d’améliorer les conditions de vie des populations et de renforcer leur résilience face au changement climatique;
  • accroître le soutien aux régions de montagne pour tenir compte de leur vulnérabilité et de l’importance vitale de leurs écosystèmes pour l’humanité et mieux intégrer ce soutien aux processus globaux tels que l’Agenda 2030 pour le développement durable;
  • promouvoir le développement du savoir, le dialogue et les échanges d’informations et d’expériences entre les différents acteurs, à tous les niveaux.

Par exemple, au Népal, la Suisse se mobilise depuis plus de 50 ans pour améliorer les conditions de vie des populations de montagne démunies en contribuant à l’aménagement et au développement d’infrastructures. Elle a apporté son soutien à la construction ou à la rénovation de près de 500 km de routes et de plus de 5000 ponts suspendus.

Au Pérou, la DDC intervient dans le cadre d’un projet visant à réduire la vulnérabilité de la population des Andes aux effets du changement climatique. Pour assurer sa subsistance, cette dernière est principalement tributaire d’une agriculture à petite échelle, qui est particulièrement touchée par les conséquences de l’altération du climat. Afin d’en atténuer les incidences négatives pour la population locale, la DDC mise sur des mesures d’adaptation concrètes.

Au moyen d’un programme global en faveur du développement des régions de montagne, la DDC apporte son soutien à d’importants centres régionaux opérant dans différentes parties du monde, notamment dans les Andes, en Afrique, dans le Caucase ou encore dans l’Hindou Kouch-Himalaya. En leur qualité de pôles de compétences régionaux, ils contribuent au dialogue politique dans le contexte du développement des zones de montagne. Ces centres transforment les connaissances en mesures concrètes au profit du développement durable des régions de montagne. Par ailleurs, la DDC aide ces centres à se connecter à des réseaux globaux pour partager le savoir acquis au niveau régional avec d’autres régions du monde, qui peuvent ainsi en profiter sans attendre et à peu de frais.

Contexte

Les montagnes représentent l’habitat d’un cinquième de la population mondiale ainsi que le réservoir d’eau de la moitié de l’humanité. Le développement durable des régions de montagne vise à permettre à la génération actuelle d’utiliser les ressources naturelles de manière rationnelle tout en préservant les écosystèmes de montagne pour les générations futures.  

En 1992 déjà, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement avait reconnu l’importance globale des montagnes en tant qu’écosystèmes fragiles. Cette position a été réaffirmée en 2012 lors de la Conférence Rio+20 de l’ONU. La protection des régions de montagne est d’ailleurs l’un des objectifs qui figurent à l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Les écosystèmes de montagne sont extrêmement variés, mais aussi particulièrement sensibles aux effets du changement climatique, des catastrophes naturelles, de l’activité industrielle, des migrations (surtout l’émigration) et du tourisme de masse. Ces phénomènes menacent souvent des régions de montagne tout entières, mettant ainsi en péril les moyens de subsistance de nombreuses personnes. Si les populations les plus touchées sont celles qui dépendent directement de l’eau, des terres ainsi que de la faune et de la flore dans les zones de montagne, celles qui vivent en aval sont elles aussi tributaires de la santé des écosystèmes de montagne, par exemple pour leur approvisionnement en eau: la moitié environ de la population mondiale dépend de ressources en eau provenant de zones montagneuses.

La fonte des glaciers causée par le réchauffement climatique viendra aggraver les problèmes de pénurie d’eau à moyen et long termes. La DDC apporte son soutien à différents projets scientifiques dans les Andes, dans l’Himalaya et en Asie centrale qui sont consacrés au recul des glaciers et à ses conséquences dans des régions partenaires de première importance. La Suisse est elle aussi très directement touchée par la fonte des glaciers et peut donc partager ses propres expériences en matière d’observation du phénomène et de ses retombées sur le régime hydrologique. En contribuant à la formation de glaciologues dans les pays partenaires, elle transmet son savoir et aide donc ces pays à s’adapter au changement climatique. La Suisse est très écoutée dans la discussion scientifique sur le changement climatique et elle sait faire valoir sa position dans le dialogue politique à l’échelle internationale.

Faits et chiffres

  • 24 % de la surface de la terre est recouverte de montagnes. Réparties sur 120 pays, ces régions montagneuses sont habitées par 12% de la population mondiale. 
  • 281 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, soit un tiers de tous ceux qui existent dans le monde, se situent entièrement ou au moins en partie dans des régions de montagne. Par exemple les vestiges de la cité inca de Machu Picchu au Pérou, qui datent du XVe siècle. 
  • Les régions de montagne accueillent 15 à 20% de toutes les activités touristiques dans le monde, ce qui représente un chiffre d’affaires compris entre 70 et 90 milliards de dollars.
  • Écosystèmes menacés: les zones montagneuses recèlent environ un tiers de toutes les espèces végétales. On y trouve aussi la moitié des zones les plus importantes pour la biodiversité à l’échelle mondiale. 
  • Biodiversité: sur les vingt espèces végétales qui constituent 80% de la base alimentaire mondiale, six sont originaires des zones de montagne. La pomme de terre est originaire des Andes, où l’on en cultive près de 200 espèces locales. On y produit aussi des milliers de sortes de quinoa. La culture du maïs prend ses origines dans la Sierra Madre, au Mexique, celle du millet sur les hauts plateaux d’Éthiopie. Dans les montagnes népalaises, les villageois cultivent environ 2000 sortes de riz différentes.
  • Recul des glaciers: dans la Cordillera Blanca, qui est une partie des Andes péruviennes, on compte 755 glaciers d’une superficie totale de 528 km2. Depuis le premier recensement des glaciers péruviens dans les années 1970, cette superficie a diminué d’à peu près 27%. 
  • Les grandes villes situées en altitude: les habitants des régions de montagne ne vivent pas tous dans des villages isolés, mais aussi dans de grands centres urbains. Katmandou (Népal) compte quelque 3,4 millions d’habitants, Quito (Équateur) 2,7 millions. Située à 3 640 m d’altitude, La Paz (Bolivie) est la capitale la plus haute du monde avec une population avoisinant 900 000 personnes. 
  • Recul des glaciers en Suisse: au cours des dix dernières années, les glaciers suisses ont perdu un cinquième de leur superficie. Durant l’année hydrologique 2017/18, on estime que les quelque 1 500 glaciers recensés sur le territoire suisse ont perdu environ 1 400 millions de mètres cubes de glace. En 2018, ils ont donc perdu plus de 2,5% de leur volume.

Documents

Projets actuels

Objet 25 – 36 de 124

Rural Resilience in Southern Africa / R4 Initiative

01.07.2021 - 30.06.2025

The R4 Rural Resilience Initiative for Southern Africa enables smallholder farmers’ adaptation to climate risk through improved resource management, insurance, livelihoods diversification, microcredit and savings. Through R4, Switzerland has become a credible and trusted partner in resilience building and its learnings have fed into policy dialogue. The emphasis of this final phase is on strengthening government and private sector, as well as the gender approach.  


Building Regional Adaptive capacity and resilience to climate variability and change in Vulnerable sectors in the Andes (BRAVA)

01.06.2021 - 30.09.2026

SDC contributes to the World Meteorological Organisation’s ENANDES project, aiming to increase the resilience of 6 Latin-American countries to climate change. With the support of Swiss researchers and experts from MeteoSwiss, the project will increase the predictive capabilities of the responsible national authorities and support co-design of Weather, Water and Climate Services across the region, to the benefit of the local population, including the most vulnerable.


Dam Safety Technical and Institutional Assistance in Lao PDR (DSTIA)

01.05.2021 - 31.03.2026

Following the Swiss support to the Nationwide Emergency Dam Safety Inspection, the Lao Government requested a longer-term Swiss support in strengthening the national dam safety regulatory and institutional frameworks. By increasing government’s law enforcement and technical capacities to international standards, the project will ensure better protection for downstream communities, estimated in 1,5 million people, and contribute to safe energy production and the sustainability of infrastructure.


Living Landscapes for Market Development in Armenia

15.04.2021 - 31.05.2025

Mountain ecosystems in Armenia are an important productive asset for rural communities, but they are rapidly deteriorating due to inappropriate exploitation and management. Within a region-wide project that preserves the natural basis of life through more sustainable use of resources, the Swiss contribution will introduce in Armenia economic incentives for the conservation of natural resources, while creating additional income. This will reduce rural poverty and support the implementation of Armenian policies and international commitments.


Cryospheric Observation and Modelling for improved Adaptation in Central Asia (CROMO-ADAPT)

01.04.2021 - 31.12.2025

Climate change in Central Asia mountain regions will have significant impacts on water availability and occurrence of natural hazards. This project strengthens the glacier, snow and permafrost monitoring systems and capacities in Central Asia, develops user-oriented climate information services, and supports the planning of adaptation measures to increase resilience to climate change. The project builds on Swiss expertise in monitoring and adaptation in alpine water and disaster risk management.


Promotion de l‘emploi et de revenus non agricoles dans la région des Grands Lacs grâce à la production de matériaux de construction respectueux du climat (PROECCO)

01.01.2021 - 31.12.2024

La forte demande en matériel de construction due à l’urbanisation rapide dans la région des Grands Lacs prédispose ce secteur à la création d’emploi et à offrir une perspective économique au grand nombre de jeunes dans la région. L’introduction par le projet PROECCO de briques améliorées, abordables et neutres en CO2 répondant aux normes de résistance et de durabilité a créé une forte demande. Pour la troisième phase, il s’agit d’appuyer le secteur privé à augmenter la production pour satisfaire la demande et d’atteindre les effets escomptés en emplois et en réduction des émissions de CO2


PFNL - Programme d’appui à la valorisation des produits forestiers non ligneux au Burkina Faso

01.01.2021 - 31.12.2024

Au Burkina Faso, le fort potentiel en produits forestiers non ligneux peut être davantage exploité au profit des populations vulnérables en améliorant la sécurité alimentaire et la création de revenus. Pour une dernière phase, la Suisse, avec le cofinancement des Pays-Bas, consolide les acquis d’une manière durable tout en soutenant l’extension dans une nouvelle région pour prendre en compte, en particulier les personnes déplacées internes (PDI), les femmes et les jeunes affectés par la crise sécuritaire.  


Contribution to the UN-REDD Pro-gramme (single phase)

15.12.2020 - 31.12.2025

Forests are a central solution to reduce greenhouse gas emissions, their sustainable management is an imperative for the planet but also for millions of vulnerable people. The UN-REDD Programme is a key player in accelerating the implementation of appropriate policies and actions in tropical low and lower-middle income countries to reduce deforestation and restore forests. The contribution will allow for a strong Swiss engagement jointly with the Federal Office of the Environment, and for the capitalization of existing work of the four SDC domains on forest ecosystems and related livelihoods.


Strengthening the climate resilience portfolio of the Global Facility for Disaster Reduction and Recovery

01.12.2020 - 30.11.2024

Climate change is an amplifier of natural hazards and a threat to human lives, sustainable development and poverty reduction. The Global Facility for Disaster Reduction and Recovery (GFDRR) of the World Bank aims to substantially increase investments in disaster risk reduction and climate change adaptation. Building on Switzerland’s role as champion and custodian of climate resilience within GFDRR, it will support climate mainstreaming in all GFDRR activities.


Woody Weeds Plus

01.12.2020 - 31.12.2023

Based on the research results of CABI Switzerland and the Centre for Development and Environment of the University of Berne, the Kenyan government implements the national Prosopis strategy aiming at sustainable management of this fast spreading invasive species. The Woody Weeds Plus project coaches this effort and implements a multi-stakeholder approach to address pastoralist livelihoods and to restore pastures and ecosystem services in arid and semi-arid lands. 


Low Carbon Cement (LCC) - Phase 3 (Exit Phase)

15.09.2020 - 30.11.2022

Cement production contributes significantly to global warming. This phase aims at the commercial deployment of a new cement type (LC3) which emits 15-30% less CO2 compared to standard cements. LC3 was extensively researched by the Swiss Federal Institute of Technology (EPFL) with partners in Cuba and India. Industrial deployment will be achieved through commercial production and application by the construction sector mainly in India and Latin America with support of the project.


Green Climate Fund Core Contribution 2020-2023 (GCF-1)

01.09.2020 - 31.12.2023

The Green Climate Fund (GCF) finances low-emission and climate-resilient development projects and programs with a focus on the most vulnerable countries. The Swiss contribution to GCF’s first formal replenishment period 2020-23 places Switzerland amongst the top ten donors based on per capita contributions. Switzerland advocates in the GCF governing board for impact-oriented projects with maximum development co-benefits, social inclusion and effective private sector engagement. 

Objet 25 – 36 de 124