Programme d’appui au système de santé du Sud Kivu (PASS Sud-Kivu)


Cette phase de consolidation des acquis est la dernière du Programme d’Appui au Système de Santé au Sud Kivu. L’appui systémique délocalisé promu par la Suisse vise à renforcer durablement le système de santé dans son ensemble, afin de le rendre plus efficient, résilient et équitable. Grâce à une meilleure gouvernance du système et au renforcement de la qualité des services, l’état de santé de près de 3 millions de personnes sera amélioré.

Pays/région Thème Période Budget
République démocratique Congo
Santé

Renforcement des systèmes de santé
Système de santé primaire
Santé mentale & bien-être
Santé & droits reproductives
01.05.2021 - 31.12.2023
CHF  9’500’000
Contexte Malgré des progrès enregistrés en matière de santé, le Sud Kivu affiche des taux de mortalité maternelle et infantile les plus élevés du pays. En plus de crises humanitaires récurrentes, le secteur de la santé en RDC souffre d’un sous- financement domestique majeur et d’une mauvaise gouvernance à tous les échelons. Le processus de décentralisation du secteur stagne et la résilience du système de santé face aux épidémies est mise à rude épreuve par manque de capacités de surveillance et de riposte locales. L’approvisionnement en médicaments reste dysfonctionnel et un système d’assurance médicale durable non existant. Autant d’obstacles auxquels la population congolaise doit faire face pour espérer bénéficier un jour d’une couverture sanitaire universelle. Grâce à sa longue expérience du renforcement des systèmes de santé, son approche décentralisée, son expertise en gestion informatique des assurances maladie, et dans la bonne gouvernance avec une participation communautaire, la Suisse mettra à profit tous ses atouts et instruments (aide au développement et humanitaire, coopération globale, direction politique) pour améliorer durablement et équitablement la santé des populations locales.  
Objectifs

Ce programme a pour objectif global de contribuer à l’amélioration de l’état de santé physique, mental et social de la population concernée en promouvant la couverture sanitaire universelle.

Le programme vise à assurer un paquet minimum de services de qualité accessible équitablement et durablement par toute la population.

Groupes cibles

- Les habitants des zones de santé de Kalehe, Kaziba, Kirotshe, Minova, Mubumbano, Mwana, Nyangezi, Nyantende, Ruzizi et Uvira qui fréquentent les hôpitaux et centres de santé appuyés par le programme, soit une population estimée à 3 millions (avec un accent sur les mères, enfants et jeunes).

- Le personnel médical, paramédical  et les membres des organes de gestion aux différents niveaux (provincial, zone de santé, formations sanitaires et communautaires)

Effets à moyen terme

- Amélioration de la qualité des services de santé grâce à l’augmentation et à l’amélioration de l’offre et demande des services de santé de qualité. Focus mères, enfants, jeunes, égalité des genres et engagement à base communautaire

- Renforcement de la bonne gouvernance du secteur de la santé au niveau décentralisé à travers un système de santé fonctionnel et résilient qui passe par une bonne gouvernance et un mécanisme de financement idoine du secteur. Focus financement basé sur la performance (FBP), digitalisation et gestion des médicaments.

- Surveillance épidémiologique et riposte aux épidémies et aux urgences sanitaires

Résultats

Principaux résultats attendus:  

- 80 % des structures de santé offrent les soins primaires et secondaires selon les standards de qualité de l’OMS ;

- 85 % d’accouchements assistés par du personnel qualifié ;

- Les besoins en matière de planification familiale sont satisfaits par les méthodes modernes ;

- Le taux de décès maternels dans les zones cibles est réduit de 80 % ;  

- Le retard de croissance est réduit chez les enfants de moins de 5 ans et le statut nutritionnel des femmes enceintes et allaitantes amélioré à 85 % ;

- La résilience du système de santé à tous les niveaux est améliorée à travers un appui institutionnel conséquent pour une meilleure gestion, appropriation, coordination et régulation du secteur ;

- La fourniture des médicaments de qualité et intrants spécifiques à travers la centrale de distribution régionale (CDR) des médicaments est améliorée ;

- Une meilleure surveillance épidémiologique et gestion des catastrophes permettent une réduction de résurgences de maladies infectieuses ;

- La digitalisation de la gestion du système de santé améliore l’utilisation des ressources ;


Principaux résultats antérieurs:  

- Le renforcement du système de santé à travers une approche décentralisée a contribué à améliorer l’accès aux services de santé de qualité de plus de 2 millions de personnes au Sud Kivu et à réduire les taux de mortalité institutionnelle des enfants et des mères.

- Réduction entre 2017 et 2020 du taux de mortalité maternelle (de 7,3 ‰ à 5,9 ‰) et de 3 à 2,2 %, le taux de mortalité infantile.

- Renforcement des capacités du personnel de santé de 126 structures sanitaires de premier niveau, 8 Hôpitaux de Référence et 8 Equipes de Gestion des Zones de santé (Equipe Cadre).

- 36098 jeunes (dont 54% de filles) sensibilisés à la santé sexuelle et reproductive depuis 2017.

- 9686 exploitants miniers artisanaux sensibilisés à la prévention des maladies et accidents professionnels depuis 2017.

- Appui aux mutuelles de santé communautaires, introduction du logiciel IMIS et paiement frais d’adhésion à environ 15'000 personnes vulnérables depuis 2017.

- Approvisionnement régulier des 123 centres de santé en médicaments de qualité.

- L’engagement suisse dans la surveillance épidémiologique a permis de renforcer la résilience des institutions de santé à faire face à la Maladie à Virus Ebola (MVE) et réduire le risque de propagation de la pandémie à Coronavirus (Covid-19) dans 34 zones de santé du Sud Kivu.

- L’absence d’ancrage institutionnel de l’approche systémique et le manque de volonté politique se traduisent toutefois par la faible allocation de ressources domestiques pour assurer la durabilité des résultats. Ce qui expose les populations à des surfacturations des soins avec un effet néfaste sur la qualité et la disponibilité des services de santé au niveau décentralisé.


Direction/office fédéral responsable DDC
Partenaire de projet Partenaire contractuel
ONG internationale ou étrangère
Institution étatique étrangère
  • Other international or foreign NGO North
  • Sub-National State SouthEast


Coordination avec d'autres projets et acteurs

- Programme nutrition Grands Lacs (7F-08503.03), programme psychosocial (7F-07581.04) et programme humanitaire

(7F-09345)

- Participation aux mécanismes de coordination provinciale et nationale

- Initiative globale OpenIMIS (7F-09605.02)

- Programmes « Médias » (7F-08819) et « PCPC » (7F-08900.01)

Budget Phase en cours Budget de la Suisse CHF    9’500’000 Budget suisse déjà attribué CHF    2’794’538
Phases du projet Phase 5 01.05.2021 - 31.12.2023   (Phase en cours) Phase 4 01.01.2018 - 31.07.2021   (Completed) Phase 3 01.02.2015 - 31.12.2019   (Completed) Phase 2 01.09.2010 - 31.01.2015   (Completed)