Relations bilatérales Suisse–Israël

Les relations bilatérales entre la Suisse et Israël sont bonnes, empreintes de confiance mutuelle et marquées par une étroite coopération dans les domaines culturels, économiques, scientifiques et, plus dernièrement, de l’innovation. Cette coopération se fonde depuis 2012 sur un programme en douze points élaboré en commun, lequel contribue à intensifier et à diversifier les relations bilatérales. Le programme en douze points est régulièrement mis à jour. Les visites à l’échelon ministériel se sont multipliées ces dernières années.

Points clés des relations diplomatiques

Les dialogues et visites de haut niveau constituent des instruments importants pour renforcer la coopération. Des consultations politiques ont lieu chaque année depuis 2004, au cours desquelles les questions controversées relatives aux droits de l’homme et au droit international humanitaire sont aussi régulièrement abordées. Ces consultations sont également l’occasion de signer des accords, tel que celui sur le transport aérien. Le programme en douze points permet à la Suisse de procéder chaque année à des consultations informelles sur d’autres sujets. Par ailleurs, sur une base ad hoc, des entretiens sont menés sur des questions d’un certain intérêt pour l’une des parties, dans les domaines par exemple de l’asile ou des transports.

Banque de données des traités internationaux

Coopération économique

La Suisse et Israël entretiennent d’importantes relations commerciales. Israël est le troisième partenaire commercial de la Suisse au Moyen-Orient et Afrique du Nord. Depuis 1993, un accord de libre-échange a été conclu entre l’Association européenne de libre-échange (AELE) et Israël. De manière générale, les relations bilatérales se sont intensifiées ces dernières années dans le domaine économique et financier, afin d’encourager les échanges et la collaboration entre les entreprises suisses et israéliennes.

Informations par pays, Secrétariat d’État à l’économie (SECO)

Promotion du commerce, Switzerland Global Enterprise SGE

Promotion de la paix et sécurité humaine

Le but de la Suisse est l’instauration d’une paix négociée, juste et durable entre Israël et un État palestinien indépendant et viable à l’intérieur de frontières sûres et internationalement reconnues. Elle estime que toute solution globale et durable au conflit au Proche-Orient doit reposer sur les éléments suivants:

  • l’instauration dans toute la région d’une paix durable fondée sur le droit international;
  • la reconnaissance du droit de l’État d’Israël d’exister, en particulier son droit à la sécurité dans des frontières sûres et internationalement reconnues;
  • la reconnaissance du droit du peuple palestinien à l’autodétermination et, dans ce sens, à l’établissement d’un État viable, conformément à la résolution 1397 du Conseil de sécurité de l’ONU;
  • une solution juste, globale et négociée au problème des réfugiés de Palestine;
  • un règlement négocié du statut final de Jérusalem.

Les Suissesses et les Suisses en Israël

La communauté suisse en Israël, qui compte plus de 20 000 personnes (2019), est la plus importante au Moyen-Orient, la deuxième en dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, et la neuvième dans le monde.

Historique des relations bilatérales

La fondation de l’État d’Israël est étroitement liée à la Suisse. Le premier congrès sioniste se tint en effet à Bâle en 1897, et quinze des vingt-deux congrès sioniste ultérieurs se déroulèrent également en Suisse. Avant la fondation de l’État israélien en Palestine, la Suisse disposait d’un consulat à Jérusalem (accrédité auprès de la puissance mandataire britannique) et une agence consulaire à Tel Aviv. En 1949, elle reconnut le nouvel État et ouvrit un consulat à Tel Aviv, qui fut élevé au rang d’ambassade en 1958.

Dictionnaire historique de la Suisse: Israël