Région des Grands Lacs: au secours des femmes victimes de violences

Deux femmes de la région des Grands Lacs. L’une regarde un document, l’autre lève la main.
Les femmes victimes de violences dans la région des Grands Lacs bénéficient d’un soutien et d’une formation. © DDC

Depuis 2011, la Suisse a mis sur pied un programme d’aide aux victimes de violences sexuelles dans la région des Grands Lacs (Burundi, Rwanda et République démocratique du Congo). Elle propose une prise en charge médicale, psychosociale et juridique dans des centres spécialisés.

La Suisse mène des projets de soutien médical, psychosocial et juridique et d’aide à la réintégration des femmes et des filles victimes de violences sexuelles dans la région des Grands Lacs (Burundi, Rwanda, République démocratique du Congo).  Les victimes sont prises en charge dans des centres au Sud-Kivu, au Rwanda et au Burundi. Le soutien suisse est fondé sur une approche communautaire qui intègre au processus de guérison les membres de la famille, les voisins, les autorités locales et d’autres personnes importantes, par l’intermédiaire d’ateliers de sensibilisation par exemple. La Suisse contribue également au renforcement du système de santé.

Outre les mesures mises en place par la Suisse, une solution durable doit être trouvée pour que les États s’engagent politiquement, de manière contraignante, à poursuivre les auteurs de ces crimes.

Le viol, une arme de guerre

Pendant les conflits qui ont ensanglanté la région des Grands Lacs dans les années 1990, les viols systématiques ont été une arme de guerre. Un quart de siècle plus tard, le nombre de victimes de violences sexuelles reste terriblement élevé. Les victimes en sont principalement des femmes et des filles. Outre la violence physique, celles-ci subissent également des agressions psychologiques. Ainsi, elles sont entre autres accusées de sorcellerie et en conséquence chassées des villages, lapidées, voire assassinées.