Début de la page

Politique de sécurité

Ces dernières années, la politique de sécurité a gagné en complexité, tant en Suisse qu’à l’échelle internationale. Ceci tient principalement à l’existence de nouvelles formes de menaces, dont la plupart se sont développées à partir du début des années 90, après la fin de la Guerre froide. Si le risque de conflits entre Etats a régressé, d’autres risques sont apparus et ont gagné en importance. S’agissant de sa politique de sécurité, la Suisse se concentre sur la coopération avec des organisations internationales telles que l’ONU ou l’OTAN ainsi que sur le désarmement et la non-prolifération.

Deux membres de l'ONU, armes en bandoulière, se tiennent à côté d'enfants souriants lors d'une manifestation organisée par la population locale à Haïti
En collaboration avec des organisations internationales, la Suisse s'investit, notamment, dans la résolution de conflits,la lutte contre la criminalité et le désarmement. (© UNPhoto Sophia Paris)

Pour promouvoir la sécurité dans le monde, la Suisse se mobilise au sein d’organisations internationales et de partenariats ad hoc. Dans ce cadre, elle attache une importance toute particulière au respect du droit international public. En outre, les actions en faveur du désarmement, de la non-prolifération des armes de destruction massive et du contrôle des armes conventionnelles font également partie des priorités de sa politique de sécurité et de sa politique étrangère.

Les risques pour la sécurité ont changé de nature au cours des 25 dernières années. Ce ne sont plus les guerres opposant deux Etats qui menacent la sécurité internationale mais les cyberrisques, la criminalité, le trafic illicite d’armes, la prolifération des armes de destruction massive, l’utilisation abusive des nouvelles technologies ou d’autres formes de danger résultant d’une répartition inéquitable des richesses. Tous ces scénarios de menaces revêtent un caractère transnational.

Ces nouvelles configurations de risques sont notamment imputables à la fin de la guerre froide, à la mondialisation et à l’interdépendance économique.

Dernière mise à jour 10.02.2022

  • Nouveau spectre de menaces induit par la mondialisation et l’interdépendance économique; élargissement de la politique de sécurité de la Suisse; coopération avec l’UE, l’OTAN, l’OSCE et l’ONU

  • L'utilisation abusive du cyberespace, le terrorisme, le trafic d'armes, les armes de destruction massive, le creusement du fossé entre les riches et les pauvres, les migrations ou encore la dépendance vis-à-vis des énergies fossils, constituent des risques croissants en termes de sécurité.

  • Garantir la sécurité en maintenant dans le monde un niveau d’armement aussi bas que possible: un principe majeur de la politique de sécurité et de la politique étrangère de la Suisse

  • La suisse contrôle l’importation, l’exportation, le transit et le courtage de biens. Elle met en œuvre les directives internationales visant à empêcher la prolifération des armes de destruction massive et l’accumulation d’armes conventionnelles et à permettre l’application de sanctions.

  • Les activités dans le domaine de la sécurité privée ont connu un développement considérable. La prise de conscience des risques liés à ces prestations est à l’origine des initiatives politiques pour mieux règlementer ce secteur.

  • La loi s’applique aux personnes physiques, aux personnes morales et aux sociétés de personnes qui fournissent, depuis la Suisse, des prestations de sécurité privées à l’étranger.

Contact

Division Sécurité internationale

Effingerstrasse 27
3003 Bern

Plan d’accès

Téléphone

+41 58 463 58 00 / +41 58 485 65 10

Fax

+41 58 464 38 39