Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Le personnel qu’il faut là où il faut, dans l’intérêt de la Suisse

Quelque 300 postes du DFAE sont pourvus chaque année conformément au principe de rotation. Les transferts s’effectuent selon des processus précis et préétablis qui visent à affecter la bonne personne au bon endroit afin de sauvegarder au mieux les intérêts de la Suisse.

11.01.2021
Plaque comportant l’inscription «Switzerland Embassy».

Les transferts s’effectuent selon des processus clairs et préétablis. © DFAE

Au DFAE, les transferts ont lieu selon des processus clairs et préétablis. À cet égard, le DFAE doit garder la vue d’ensemble. Tant à la centrale à Berne que dans le réseau extérieur, il faut affecter à chaque poste la personne qui est la mieux à même de mettre en œuvre avec succès la stratégie de politique extérieure de la Suisse.

Je tiens à rappeler que mes collaborateurs et collaboratrices sont très importants pour moi. Ils portent une grande responsabilité quant à la réputation de la Suisse.
Ignazio Cassis, conseiller fédéral

La sauvegarde des intérêts de la Suisse à l’étranger constitue en définitive le critère déterminant dans les décisions d’affectation. C’est ce que souligne également le conseiller fédéral Ignazio Cassis: «Je tiens à rappeler clairement que mes collaborateurs et collaboratrices sont très importants pour moi. Ils portent une grande responsabilité quant à la réputation de la Suisse.»

Le DFAE veille à optimiser l’affectation du personnel dans l’ensemble du réseau extérieur et à la centrale à Berne
Tania Cavassini, directrice de la Direction des ressources
Portrait de Tania Cavassini.
Tania Cavassini, directrice de la Direction des ressources © DFAE

Dans un entretien, Tania Cavassini, responsable de la Direction des ressources, explique les principaux aspects liés à la pratique du DFAE en matière de transferts.

«Arbitraire»: c’est ainsi qu’a été qualifiée récemment la pratique du DFAE en matière de transferts. Madame Cavassini, qu’en dites-vous en tant que plus haute autorité de la Division Personnel du DFAE?

Je réfute catégoriquement ce reproche. C’est le contraire qui est vrai. Les transferts ont toujours eu lieu selon des processus bien définis, qui s’appliquent de la même manière à tous les membres du personnel transférable et qui sont en outre connus de tous depuis des années. 

Quels sont donc les principes applicables?

Tous les collaborateurs et collaboratrices transférables du DFAE s’engagent à changer de poste et de lieu d’affectation tous les quatre ans. La possibilité d’un transfert fait partie intégrante de leur contrat de travail. Tous les membres du personnel transférable se portent régulièrement candidats à un nouveau poste pour l’année suivante, et ce au plus tard après trois ans d’occupation d’un même poste. En tant qu’employeur, le DFAE attend de leur part qu’ils postulent pour trois à six postes, dont un au moins dans un contexte difficile. Les candidats et candidates peuvent bien sûr et doivent même indiquer leurs préférences. Celles-ci n’ont certes aucune valeur contraignante, mais nous essayons naturellement de satisfaire tant que faire se peut les souhaits individuels.

Pourquoi n’est-il pas possible de prétendre à un poste précis?

Le DFAE doit garder la vue d’ensemble et veiller à optimiser l’affectation du personnel dans l’ensemble du réseau extérieur et à la centrale à Berne. Tout le monde le sait. Dans la majeure partie des cas, il est possible de faire coïncider les souhaits des personnes qui postulent avec les besoins du DFAE. 

Comment se déroule le processus de transfert des cheffes et chefs de mission?

Pour ces postes de cadres dirigeants, la Division Personnel du DFAE organise depuis quelques années une audition, lors de laquelle les candidats et candidates exposent oralement leurs motivations et leurs qualifications devant le comité de sélection compétent. Ils doivent en outre réussir au préalable un assessment, qui doit démontrer que le candidat ou la candidate dispose des compétences requises pour assumer une telle fonction.

La commission de politique extérieure a été informée sur ce sujet lors de sa réunion ordinaire du 11 janvier 2021. Il a noté que le processus de transfert avait déjà été révisé en 2017 et n'a donc pris aucune décision.

Cet ajout a été fait le 12.01.2021.

Haut de page