Département fédéral des affaires étrangères DFAE

COVID-19: La Suisse renforce sa coopération internationale

Le COVID-19 se propage dans les pays en développement, avec des conséquences particulièrement graves pour les États touchés. La Suisse fait preuve de solidarité et réagit de manière rapide et efficace aux défis qui se posent dans le cadre de sa coopération internationale. Elle a déjà mis en œuvre des mesures dans de nombreux pays afin d’atténuer les conséquences économiques et sociales de la pandémie, allouant 101,42 millions de francs à la lutte mondiale contre le COVID-19. Le 29 avril 2020, le Conseil fédéral a décidé que la Suisse contribuera, à hauteur de 400 millions de francs, aux actions menées à l’échelle internationale pour atténuer les effets de la pandémie, en particulier dans les pays en développement.

Am 31. März 2020 schickte die Schweiz Atemschutzmasken, Brillen und Schutzanzüge nach Moldova, um das Gesundheitspersonal an vorderster Front bei der Bekämpfung von Covid-19 zu schützen.

Grâce au soutien de la Suisse, de vastes zones du camp de réfugiés de Cox Bazaar au Bangladesh peuvent être désinfectées pour prévenir la propagation du COVID-19. © BRAC Bangladesch

La pandémie de COVID-19 a des effets dramatiques sur la santé et sur la vie économique et sociale. Les pays en développement sont particulièrement touchés: les systèmes de santé y sont souvent déficients, les populations n’ont ni économies, ni salaire régulier et ne peuvent pas compter sur un système social stable pour leur assurer des moyens de subsistance. De plus, la malnutrition, le VIH et la tuberculose accroissent encore la vulnérabilité de nombreuses personnes face à cette nouvelle maladie pulmonaire. La distance sociale est difficile à mettre en place: les familles nombreuses vivent dans une très grande promiscuité, les toilettes sont largement partagées et les quantités d’eau potable disponibles sont limitées. L’apparition du virus dans un camp de réfugiés en Syrie ou au Bangladesh constituerait une catastrophe humanitaire. D’innombrables personnes voient actuellement leurs moyens de subsistance disparaître et seront contraintes de quitter leur pays.

Une infirmière en tenue de protection devant un appareil d’assistance respiratoire utilisé pour soigner les patients les plus gravement atteints par le COVID-19.
Le 31 mars 2020, la Suisse a envoyé des masques, des lunettes et des tenues de protection en Moldova, afin de protéger le personnel soignant qui se trouve en première ligne dans la lutte contre le COVID-19. © DFAE

Réaction rapide et non bureaucratique de la coopération internationale

Il est dans l’intérêt de la Suisse de soutenir d’autres pays dans la lutte contre le COVID-19, afin d’enrayer la propagation du virus et d’atténuer ses conséquences dramatiques. La coopération internationale de la Suisse a réagi en faisant preuve de rapidité, d’efficacité et de flexibilité dans les différents domaines.

  • Aide humanitaire: réponse aux besoins immédiats des populations affectées (santé, alimentation)
  • Aide bilatérale au développement: atténuation des conséquences économiques et sociales par l’adaptation des activités à court et moyen terme
  • Coopération globale: réponses aux défis mondiaux et soutien aux pays partenairesund Unterstützung der Partnerländer
La Confédération a réagi rapidement et de façon non bureaucratique à la crise mondiale du COVID-19. Le DFAE a adapté de manière ciblée ses programmes en cours à la lutte contre la pandémie.
Le conseiller fédéral Ignazio Cassis

La tradition humanitaire de la Suisse, qui constitue un pilier important de sa politique extérieure, revêt une importance particulière dans le contexte actuel: pour renforcer l’efficacité de son action dans le cadre de la pandémie liée au nouveau coronavirus, la coopération internationale s’appuie sur le lien étroit (nexus) tissé entre l’aide humanitaire d’urgence et la coopération au développement à moyen et long terme. Grâce à l’alliance de tous les domaines d’intervention de la coopération internationale et aux efforts déployés par ses partenaires sur place, la Suisse peut mettre en œuvre de manière professionnelle et efficace des mesures durables ciblant les populations touchées.

Élan de soutien international dans la lutte contre le COVID-19

La Direction du développement et de la coopération (DDC) a alloué 101,42 millions de francs prélevés sur les budgets existants de l’aide humanitaire, de la coopération bilatérale au développement et de la coopération globale à la lutte contre la pandémie de COVID-19 (voir les différents exemples du tableau). Grâce à sa présence de longue date dans les pays prioritaires et aux partenariats qu’elle y a noués, la Suisse a pu rapidement mettre en œuvre des mesures concrètes dans les régions touchées.

Graphique avec la répartition des fonds selon les domaines de la DDC
La DDC a alloué 101,42 millions de francs prélevés sur les budgets existants à la lutte contre la pandémie de COVID-19. © DFAE

Exemples de mesures de la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 dans le monde entier

Pays

Contribution de la Suisse

Mesures

Mise en œuvre

Afghanistan

1 millions CHF

Renforcement de la capacité de résistance face aux crises et garantie de la sécurité alimentaire à long terme

Partenaire sur place (World Food Programme WFP)

1.2 millions prévus

Ajustement des mesures contre le Covid-19 dans l'éducation de base (enseignement à distance, etc.), conformément aux spécifications du ministère afghan de l'éducation

Partenaire sur place (Education Cannot Wait ECW)

Albanie

300 000 CHF

Soutien des médecins de famille pour le tri des patients par des formations en ligne

Partenaire sur place (PNUD)

Bosnie et Herzégovine

190 000 CHF

Aide d’urgence destinée aux ménages menacés afin d’assurer leur situation économique face à la crise

Renforcement des communes pour assurer une réaction rapide aux cas d’urgence

Partenaire sur place (Caritas Suisse)

Kirghizistan

67 000 CHF

Renforcement de la sécurité alimentaire par la fourniture de semences aux agriculteurs

Partenaire sur place (Helvetas)

200 000 CHF

Renforcement de la sécurité alimentaire par le soutien aux institutions sociales

Partenaire sur place

Moldova

 

 

770 000 CHF

Renforcement du secteur de la santé

Canaux de vente alternatifs destinés aux PME et aux petits paysans pour qu’ils puissent générer des revenus malgré l’effondrement de l’économie

Partenaires sur place (PNUD, OMS)

Népal

5 millions CHF

Appui au gouvernement népalais destiné à atténuer les conséquences économiques et sociales pour la population

Par exemple, le retour ordonné et sûr des travailleurs migrants, dans le cadre du projet de formation professionnelle; l'élaboration de lignes directrices et de mesures de protection pour un environnement de travail sûr.

DDC / partenaires sur place

Serbie

200 000 CHF

Aide en faveur des groupes à risque face au coronavirus

Maintien des soupes populaires et des dons de sang

Équipement médical

Soutien psychologique des personnes isolées

Partenaire sur place (Croix-Rouge serbe)

Tadjikistan

300 000 CHF

Mesures de formation et de sensibilisation à la bonne gestion des infections liées au COVID-19 dans le secteur de la santé

Partenaires sur place (Unicef, AGAH)

Tanzanie

500 000 CHF

Crédit pour un système de dépistage du COVID-19

Campagnes de sensibilisation radiophoniques sur les dangers liés au COVID-19

Partenaire sur place

4 millions CHF prévus

Soutien financier apporté à 1,2 million de ménages via le fonds TASAF

Partenaire sur place (TASAF)

Ukraine

 

150 000 CHF

Soutien des communes dans la gestion de la crise à travers l’échange de savoir dans le domaine des mesures d’hygiène et la gestion des groupes à risque

 

Partenaire sur place (Swiss TPH, Ministère de la santé)

       

Réponse commune au niveau mondial

La Suisse œuvre aussi au plan multilatéral pour gérer la crise, en s’engageant pour une réponse forte de la communauté internationale face à la pandémie. Ainsi, le 29 avril 2020, le Conseil fédéral a décidé que la Suisse participerait à hauteur de 400 millions de francs aux efforts internationaux pour atténuer les effets de la pandémie de COVID-19, en particulier dans les pays en développement.

Fin mars, l’ONU, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le G20 et d’autres organisations ont lancé un appel à l’aide financière, afin de rester opérationnels durant la crise. À ce jour, ils ont besoin de fonds pour financer des mesures supplémentaires visant à enrayer la propagation du virus et à limiter les conséquences économiques et sociales de la pandémie. Le Conseil fédéral accordera, dans un premier temps, un prêt de maximum 200 millions de francs sans intérêts au CICR, qui disposera d’un délai de sept ans pour le rembourser.

Début février 2020, la Suisse avait déjà fourni 300 000 francs à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour préparer des hôpitaux du Laos à faire face à la pandémie. Des organisations locales et des spécialistes y ont formé le personnel soignant à diagnostiquer les infections au COVID-19 et à isoler les cas suspects.

Le personnel d’un hôpital du Laos équipé de masques de protection devant l’entrée de l’unité dédiée au COVID-19.
Un projet soutenu financièrement par la Suisse au plan multilatéral: l’OMS aide des hôpitaux du Laos à se préparer à la propagation du COVID-19. © OMS

Le 2 avril 2020, l’ensemble des États membres de l’ONU à l’exception de cinq ont signé une résolution visant à renforcer la solidarité internationale en lien avec la pandémie de COVID-19. La Suisse a participé au lancement de cette résolution, qui donne un signal fort de l’engagement conjoint de la communauté internationale dans la lutte contre la crise.

L’Aide humanitaire a par ailleurs livré du matériel dans certains pays. Le 8 avril, elle a envoyé 10 000 combinaisons de protection en Italie. La Chine, le Népal, la Serbie et la Grèce ont également reçu du matériel médical. La disponibilité des équipements pour lutter contre la pandémie en Suisse reste assurée. Toutes les livraisons sont contrôlées par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), l’Office fédéral de l’approvisionnement économique (OFAE) et le Secrétariat d’État à l’économie (SECO).

Les ONG suisses adaptent leurs programmes

Les ONG suisses qui bénéficient du soutien financier de la DDC et sont actives dans le domaine de la santé adaptent leurs activités aux défis qui se posent actuellement. Parmi celles-ci figurent:

  • le soutien aux ministères de la santé, aux hôpitaux et centres de santé locaux par des mesures de formation et de protection destinées au personnel soignant;
  • le renforcement des domaines sanitaire et médical dans les camps de réfugiés;
  • l’information des populations locales en matière de prévention au moyen de divers supports et médias;
  • la protection des groupes à risque et le soutien psychologique des personnes concernées.

En situation de crise, la coopération internationale de la Suisse est bien préparée au niveau stratégique

La Suisse doit notamment sa bonne réputation à l’étranger à sa tradition humanitaire. Sa stratégie de politique extérieure prévoit qu’elle apporte une aide impartiale et solidaire dans les situations de crise, de conflit armé et de catastrophe. Les besoins des personnes affectées figurent au cœur de ses actions afin de garantir leur sécurité, leur dignité et leurs droits.

Prenant appui sur la stratégie de politique extérieure, la stratégie de coopération internationale de la Suisse ne définit aucune répartition fixe des moyens, à l’exception du financement de la lutte contre le changement climatique. La Suisse peut ainsi réagir de manière ciblée aux défis auxquels les pays en développement sont actuellement confrontés.

Haut de page