Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Au revoir et bienvenue!

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a convié des collaborateurs-trices partant en retraite et des nouveaux entrants-es du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) à une cérémonie au Bernerhof, mardi 31 août 2021. Une belle occasion de partage et de témoignages entre les anciens et les nouveaux du DFAE.

Photo de groupe de tous les participants-tes.

La politique extérieure de la Suisse et les hommes et les femmes qui la porte reflètent les traditions, la diversité et la force d’innovation de notre pays. © DFAE

Les ambassadeurs Olivier Chave et Peter Burkhard ont vu du pays. Leurs carrières respectives les ont emmenés aux quatre coins du globe : New-York, Rome, Berne ou l’Ouzbekistan pour l’un. Asie centrale, Ukraine en passant par le Caucase et les Balkans, ainsi qu'à Cuba, pour l’autre.

Au Bernerhof ce mardi, tous deux sont là parce qu’après des décennies au service de la politique étrangère de la Suisse, ils rendent le flambeau et partent en retraite.

Une nouvelle génération est à leurs côtés. Pour eux, la carrière débute. Ils et elles viennent d’achever leur exigeante formation et sont maintenant officiellement en poste dans l’une des trois carrières de personnel transférable du DFAE «diplomatie», «coopération internationale» et «affaires consulaires, gestion et finances». Au total, la nouvelle volée compte 29 nouveaux membres.

Cérémonie au Bernerhof, le 31 août 2021. © DFAE

«Vieux loups de mer et jeunes moussaillons»

Le conseiller fédéral et chef du DFAE, a, pour la deuxième année consécutive, pris l’initiative de les inviter dans une cérémonie commune à Berne.«Au revoir et bienvenue: la cérémonie d’aujourd’hui vise à rapprocher symboliquement vieux loups de mer et jeunes moussaillons. La relève est assurée. Mais ce passage de témoins ne peut réussir qu’à la condition que les deux générations soient connectées», a déclaré Ignazio Cassis à l’ouverture.

L’expérience des uns couplée à la force de la jeunesse des autres sont des valeurs hautement précieuses pour relever les défis de notre époque et pouvoir efficacement décliner sur le terrain la Stratégie de politique extérieure de la Suisse.

«J’ai eu la chance rare de vivre une carrière «métissée», et d’y pratiquer diverses approches selon mes fonctions successives: coopération au développement, diplomatie multilatérale et diplomatie bilatérale. Au terme de trois décennies, je suis plus que jamais convaincu des bénéfices de ce métissage, de cette mobilité; tant au plan professionnel qu’au plan personnel car ces différentes expériences se sont complétées et enrichies mutuellement», raconte l’ambassadeur Olivier Chave.

La force d’une boussole et de la diversité

Mettre en œuvre la politique extérieure de la Suisse est une tâche ardue. Toutes et tous, dans la salle, le savent. Le monde est complexe, multipolaire; crises et défis mondiaux sont nombreux.

Une bonne boussole est alors capitale. C’est le rôle de la Stratégie de politique extérieure 2020-2023 de la Confédération.

La gigantesque diversité humaine qui compose le Département l’est tout autant. «Chacun-e d'entre vous, avec vos différents profils et expériences, nous aide à mettre en œuvre cette stratégie dans l'intérêt de la Suisse aux quatre coins du monde», a remercié le chef de la diplomatie suisse.

Les invités partagent son avis. «Notre Département poursuit des objectifs variés, souvent innovants, et qui sont à la fois précis et de large portée. Ils contribuent, à la manière suisse, à promouvoir la prospérité et la paix dans le monde», explique Corinne Corradi, également invitée à prendre la parole. Elle a rejoint le bureau de coopération de la Suisse à Nairobi afin de contribuer aux programmes et projets de la DDC dans la Corne de l’Afrique. «Chacun et chacune d’entre nous apporte des instruments et des modes de pensée qui permettent d’aborder les situations et les processus sous différents angles et d’explorer ensemble de nouvelles voies»,  dit-elle encore.

À la tribune, Mattia Bellini, responsable des finances, du personnel et de l'administration dans le bureau de coopération et l’agence consulaire de la Suisse au Tadjikistan, salue aussi la diversité des profils au bénéfice du travail de sa représentation et pour la Suisse. «Mes collègues et moi venons d'horizons professionnels différents. Je suis convaincu que cette diversité d’origines, de compétences et de formations constitue une force qui nous permet de continuer à apprendre chaque jour et à travailler à un objectif commun: servir la Suisse à l'étranger.»

Complémentarité générationnelle

Lors de la cérémonie, les jeunes diplomates ont encore exprimé leur joie d'entrer dans un nouveau chapitre de leur vie, mais aussi leur respect pour les nouvelles tâches et le travail effectué par les prédécesseurs.

«Nous endossons désormais des responsabilités et, pour cela, nous nous appuyons sur les épaules de toutes les générations qui nous ont précédés», a encore déclaré Julia Stricker, première Secrétaire pour les affaires politiques, la paix et la sécurité, à la Mission Permanente de la Suisse auprès des Nations Unies à New-York.

«C'est un honneur et un privilège pour nous tous, en collaboration avec des collègues expérimentés, de contribuer à faire valoir les intérêts et les valeurs de la Suisse dans ce monde en mutation rapide.»

Faisant référence à Messieurs Peter Burkhard et Olivier Chave, elle a finalement évoqué son espoir que lorsqu'elle prendra elle-même sa retraite, elle pourra également dire «nous avons été à la hauteur des attentes élevées que vous et nous-mêmes nous étions fixé.»

Haut de page