Valables le:
Publiés le: 06.12.2019

La description de la situation a été actualisée. Toujours valable: Il est déconseillé de se rendre au Mali ou de séjourner dans le pays.


Conseils aux voyageurs – Mali

Ces conseils aux voyageurs correspondent à l'analyse actuelle de la situation faite par le DFAE. Ils sont régulièrement vérifiés et modifiés si nécessaire.
Il est vivement conseillé de consulter également ci-contre les recommandations générales pour tous les voyages ainsi que la rubrique focus; elles font partie intégrante des Conseils aux voyageurs.

NOUVEAU CORONAVIRUS (COVID-19):

  • L’Office fédéral de la santé publique OFSP recommande de renoncer aux voyages à l'étranger qui ne sont pas nécessaires. Cette recommandation ne concerne pas
    - les pays de l'espace Schengen (Danemark, Islande et Norvège inclus) et la Grande-Bretagne depuis le 15 juin 2020 ainsi que
    - les pays suivants depuis le 20 juillet 2020: Algérie, Andorre, Australie, Bulgarie, Canada, Chypre, Corée du Sud, Croatie, Géorgie, Irlande, Japon, Maroc, Monaco, Nouvelle-Zélande, Roumanie, Rwanda, Saint-Marin, Thaïlande, Tunisie, Uruguay, Vatican.
  • Toutefois, en raison de la situation épidémiologique actuelle, l’OFSP conseille depuis le 22 juillet 2020 de renoncer à tout voyage non urgent au Luxembourg.

En outre, l’OFSP a décrété que, à compter du 6 juillet 2020, toute personne entrant en Suisse en provenance de certains pays doit se mettre en quarantaine durant dix jours. Veuillez prendre note des informations de l’OFSP qui seront actualisées régulièrement. Voir les informations de l'OFSP, qui sont régulièrement actualisées.
OFSP

Observez le Focus nouveau coronavirus (Covid-19

Avant  d'entreprendre un voyage à l'étranger, renseignez-vous auprès des représentations étrangères en Suisse (ambassades et consulats) sur les règles d’entrée applicables et sur les autres mesures visant à limiter la propagation du nouveau coronavirus.
Représentations étrangères en Suisse

Secrétariat d’État aux migrations SEM: états membres de Schengen

Situation générale

Il est déconseillé de se rendre au Mali ou de séjourner dans le pays. Les risques sécuritaires sont élevés et le risque d’enlèvement est très élevé sur l’ensemble du territoire malien.

Les citoyens suisses qui décident de rester au Mali malgré la recommandation de quitter le pays, sont priés de garder le contact avec le Bureau de la coopération suisse à Bamako ou avec l’Ambassade de Suisse à Dakar.
Bureau de la coopération suisse à Bamako

Ambassade de Suisse à Dakar, Sénégal

Au Mali, il est très difficile voire impossible pour la Suisse de fournir à ses citoyens des services consulaires ou une aide en cas d’urgence.

Le niveau de risque reste élevé dans tout le pays. La situation politique est volatile, des manifestations protestataires ont lieu régulièrement et peuvent mener à des affrontements violents entre les manifestants et les forces de sécurité.

Des conflits entre différents groupes de la population font régulièrement des morts, notamment au centre du pays. Par exemple, en mars 2019, plus de 150 personnes ont été tuées dans une attaque armée contre un village près de Bankass (région de Mopti). En juin 2019, une attaque contre un village près de Sanga (région de Mopti) a causé plus de 90 morts.

Une détérioration supplémentaire de la situation sécuritaire dans tout le pays est possible à tout moment.

Une grande mission polyvalente de l’ONU (MINUSMA) ainsi que les missions militaires internationales et régionales tentent de soutenir le gouvernement malien dans la stabilisation du pays. Toutefois, des terroristes islamistes et d’autres groupes armés continuent à être actifs. Des affrontements armés entre les forces de sécurité et ces groupes ont lieu régulièrement.

À plusieurs reprises, des actes de violence commis par des groupes terroristes ou criminels ont fait des morts et des blessés dans le pays. Les attaques contre les forces de l’ordres sont perpétrées le plus souvent dans les régions de Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal. Toutefois, parmi les cibles potentielles d’attaques terroristes figurent également les infrastructures étatiques, touristiques et étrangères ainsi que les grands rassemblements comme, par exemple, les marchés animés, les centres commerciaux, les transports publics, les écoles, les évènements culturels, les grands hôtels internationaux et les restaurants populaires. Exemples d’attentats:

  • en novembre 2019, plus de 50 personnes ont été tuées et une dizaine d'autres ont été blessées lors d'une attaque contre un camp militaire à Indelimane;
  • en septembre 2019, la déflagration d'un engin explosif a tué au moins 14 passagers d'un bus sur une route près de Douentza (région de Mopti);
  • en juillet 2019, une attaque contre un camp militaire à Gao a fait plusieurs blessés;
  • en mai 2019, plusieurs personnes ont été tuées lors d'attaques contre des postes-frontières à Koury et a Boura (région de Sikasso) près de la frontière avec le Burkina Faso;
  • en novembre 2018, suite à l’explosion d’une voiture piégée à Gao, au moins trois personnes sont décédées et quatre autres ont été blessées;
  • en mars 2018, une personne a été tuée et deux autres blessées dans une attaque contre un hôtel à Bandiagara (région de Mopti);
  • en décembre 2017, cinq personnes ont été agressées puis assassinées sur une route de la région de Timbuktu;
  • le 18 juin 2017 un attentat dans un hôtel très fréquenté par les étrangers dans la région Bamako a fait plusieurs morts et blessés;
  • en janvier 2017, une attaque à la bombe visant le camp militaire de Gao a fait plus de 70 morts et de nombreux blessés.

Les risques d’enlèvement sont très élevés. Des bandes armées et des terroristes islamistes, qui vivent de contrebande et d'enlèvements contre rançon, sévissent dans une grande partie du Sahara et du Sahel. Ils sont bien organisés, opèrent sans tenir compte des frontières, et ont des contacts avec des groupes criminels locaux. Depuis 2009, plusieurs étrangers, pour la plupart d’origine européenne, ont été enlevés dans les zones du Sahara/Sahel. Il s’agissait de touristes et d’employés d’organisations humanitaires ou d’entreprises étrangères.

Consultez les informations sur nos pages Internet spécifiques:
Risque d’enlèvement dans le Sahara et le Sahel

Terrorisme et enlèvements

Adresses utiles

Représentations suisses à l’étranger: En cas de situation d’urgence à l’étranger, vous pouvez vous adresser à la représentation suisse la plus proche ou à la Helpline DFAE.
Ambassade de Suisse à Dakar, Sénégal

Bureau de la coopération suisse à Bamako

Helpline DFAE

Représentations étrangères en Suisse: Pour obtenir des informations sur les prescriptions d'entrée (documents d'identité admis, visa, etc.), veuillez vous adresser aux ambassades et consulats étrangers compétents. Ceux-ci peuvent également vous renseigner sur les dispositions douanières pour l'importation et l'exportation d'animaux et de marchandises: appareils électroniques, souvenirs, médicaments, etc.
Représentations étrangères en Suisse

Exclusion de la responsabilité
Les Conseils aux voyageurs du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) reposent sur des informations obtenues de sources sûres, réputées fiables. Leur but est d’aider les voyageurs à prendre à bon escient leur décision de déplacement et de leur fournir des indications utiles pour leur permettre de préparer avec soin leur voyage. Le DFAE ne peut toutefois ni décider pour eux ni assumer pour eux la responsabilité de la préparation et de la réalisation du voyage.
Les situations dangereuses sont souvent impossibles à prévoir et difficiles à cerner, et elles peuvent évoluer rapidement. Le DFAE ne donne aucune garantie quant à l’exhaustivité des conseils aux voyageurs ou à l’exactitude du contenu des sites Internet externes mis en lien. Il décline toute responsabilité en cas de dommages éventuels. Toute demande ayant trait à une annulation de voyage doit être adressée directement à l’agence de voyage ou à la compagnie d’assurance voyage.