Relations bilatérales Suisse–Venezuela

À l’heure actuelle, les relations entre la Suisse et le Venezuela ne sont pas très intenses. La Suisse a décidé, en mars 2018, de s’aligner sur les sanctions prises par l’UE à l’encontre du Venezuela en réaction aux violations des droits de l’homme ainsi qu’aux atteintes à l’état de droit et aux institutions démocratiques commises dans ce pays. Elle fournit néanmoins une aide humanitaire au Venezuela et dans la sous-région.

Points clés des relations diplomatiques

La Suisse et le Venezuela ont conclu des accords dans les domaines de la protection des investissements, de la double imposition et du transport aérien. Toutefois, les échanges commerciaux entre les deux pays sont en baisse en raison de la crise.

Le 5 avril 2019, la Suisse a été officiellement mandatée par les États-Unis pour représenter les intérêts américains au Venezuela. L’entrée en vigueur du mandat de puissance protectrice nécessite toutefois l’approbation du Venezuela. 

Banque de données des traités internationaux

Communiqué de presse du DFAE concernant le mandat de puissance protectrice

Gouvernement du Venezuela (es)

Coopération économique

En 2019, la Suisse a importé pour 2,6 millions de francs de marchandises, principalement des produits agricoles, tandis que ses exportations, constituées essentiellement de produits pharmaceutiques, de machines et d’instruments de précision, ont atteint presque 30 millions de francs.

En 2018, les investissements directs de la Suisse au Venezuela se montaient à 2 milliards de francs, et les entreprises suisses employaient plus de 3150 personnes dans le pays.

Informations par pays, Amérique du Nord et Amérique Latine, SECO

Promotion du commerce, Switzerland Global Enterprise, SGE

Organisation des pays exportateurs de pétrole (en)

Chambre de commerce Suisse-Venezuela (es)

Sanctions

Le 28 mars 2018, le Conseil fédéral a décidé de s’associer à toutes les sanctions adoptées par l’UE à l’encontre du Venezuela. Ces mesures comprennent un embargo sur les biens d’équipement militaire, une interdiction d’exportation de biens pouvant servir à des fins de surveillance et de répression interne, ainsi qu’un gel des avoirs et des restrictions de déplacement à l’encontre de certaines personnes, actuellement au nombre de 36. Ces sanctions ciblées n’ont aucune incidence sur la population civile vénézuélienne.

Mesures à l’encontre du Venezuela

Aide humanitaire

Depuis 2017, dans le contexte de la crise au Venezuela, la DDC a continuellement renforcé son aide humanitaire.

La Suisse fournit des contributions financières à des organisations partenaires tant bilatérales que multilatérales pour couvrir les besoins les plus urgents de la population au Venezuela ainsi que ceux des migrants dans la sous-région. Elle met également des experts du Corps suisse d’aide humanitaire (CSA) à la disposition de certains partenaires multilatéraux.

La Suisse fonde son action de manière systématique sur les quatre principes humanitaires fondamentaux, à savoir l’humanité, la neutralité, l’impartialité et l’indépendance, et privilégie, en matière d’assistance humanitaire, une approche strictement axée sur les besoins.

Coopération en matière d’éducation, de recherche et d’innovation

Les chercheurs du Venezuela peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir une bourse d’excellence de la Confédération suisse. Sur mandat du SEFRI, l’Université de Saint-Gall coordonne actuellement la coopération entre la Suisse et l’Amérique latine dans le domaine de la recherche.

Bourses d’excellence de la Confédération suisse destinées aux chercheurs et artistes étrangers, SEFRI

Leading House for the Latin American Region (HSG) (en)

Les Suissesses et les Suisses au Venezuela

Fin 2019, 1022 ressortissants suisses vivaient au Venezuela.